Nathalie Grelier

EXPOSITIONS
" L'Amor, L'Âme Or, La Mort "
Exposition Atelier/Boutique Saumur // 2022

Les blessures enracinées du Cœur...qui n’en a jamais été meurtri... 
Ces flétrissures profondes de notre jardin intérieur, celles momentanément insurmontables, celles qui nous poussent à ériger des défenses, à fermer violemment les valves alors qu’elles battaient la chamade…

 

Par cette nouvelle série d’autels, je cherche à commémorer et gracier nos « infarctus amoureux » .
Une collecte d’ex-voto aux caractères déchus, aux fleurs altérées, aux ornements passés, où vient cependant ondoyer à travers leurs méandres, une lueur…
Sous les traits d’un fil d’Ariane, ces détails crochetés d’or, invitent à mettre en lumière ce qui doucement renaît des cendres, ce que notre âme en relais à notre cœur littéralement blessé, nous insuffle de vital pour de nouveau éclore. 

 

L’ÂME (Définition Le Robert) :
1- Principe spirituel de l'être humain, conçu dans la religion comme séparable du corps, immortel et jugé par Dieu.
2- Principe de la sensibilité et de la pensée (opposé au corps). 
3-Être vivant, personne.

 

L’âme est un terme ambigu, on la dit à la fois incarnée et impalpable...

Elle définirait l’entièreté d’un individu, son psychisme profond, sa conscience, son intelligence, sa raison, son instinct, ses émotions, ses passions…

On ne sait réellement où elle réside en nous, mais elle s’en échapperait lors de notre trépas .

Je me pose alors la question : 
Nous délestons-nous de notre psyché quand notre cœur se brise ? 
Cherche-t-elle à prendre la fuite ?
De mon point de vue, il me semble oui, que pour préserver notre essence, elle s’esquive un instant, nous laissant vide de sens, le temps de notre errance, le temps de notre deuil, le temps de laisser faner le désarrois...pour mieux revenir le moment venu attiser la flamme de notre cœur d’or.

Sur cette réflexion inspirée, je vous laisse vous plonger dans mon nouveau cabinet de curiosités, intitulé « L’Amor, La Mort, L’Âme or »...

" Plantes d'Intérieur "
Exposition "le Hall" Saumur // 2019

Dans la série « Plantes d’Intérieur », je cherche à créer un parallèle entre ces gradations végétales et celles de nos petits jardins intérieurs d’humains, et entre autre de femmes. Toutes « ces belles plantes », ces parts de soi qu’on laisse germer, s’enraciner, s’épanouir ou se faner …

Dans la construction de cette galerie de portraits organiques,  je m'appuie également sur le culte des «ofrendas » célébré au Mexique. Ce rituel, qui consiste à dresser des autels aux défunts lors d’El Dia de los Muertos, permet à la fois d’exprimer, avec poésie et beauté, l’affection portée à ces êtres chers mais surtout d’accepter ces passages de vie sur terre. Touchée par cette démarche,  je façonne ces vitrines, aux ornements entièrement brodés, crochetés et végétalisés à la main, tels de petits mémoriaux bucoliques. Peu importe ici leurs dédicaces personnifiées ou imagées, leurs caractères anonymes ou personnels, ils nous invitent à sublimer nos ombres, invoquer notre féminité, assumer notre entièreté, ou simplement évoquer le souvenir d’un être aimé …